17 nov. 2017

Jean Clement Monestier - 1855 - 1925

Mr Monestier fut un grand homme politique qui a marqué l'histoire de la Lozère
En 1883 il commença en politique à l'âge de 25 ans en tant que conseiller général du Massegros, puis fut élu sénateur de la Lozère en 1896, il perdit son siège au sénat en 1906 face à Paulin Daudé.
Puis élu par deux fois député de Florac en 1910, et 1914
Le 6 Mai 1899, il fut nommé Ministre des Travaux Publics.
Né à Montpellier, mais de famille Lozérienne cévenole, sous son ministère il n'oublia pas son département, la Lozère lui doit la percée de la route des gorges du Tan (dix ans de travaux), sans oublier la ligne du CFD, la ligne de Florac.  

12 nov. 2017

Le CFD de la Lozère, la fermeture.

A ma connaissance ce sont les dernières photos souvenir du (CFD) Chemin de Fer départemental de la Lozère,
Ces clichés ont été pris le 24 Mars 1968, soit une semaine avant la fermeture définitive de la ligne.
Ce jour là deux convois spéciaux, l'un pour le Photo Club Mendois, l'autre pour les Raïoulets, (ancien groupe folklorique Floracois) qui avaient tenu à organiser un dernier voyage.
Le Photo Club, à bord de l'autorail De Dion Bouton N°214, et les Raïoulets, à bord du Billard N° 204, les deux trains spéciaux s'étaient croisés en gare de St Frézal de Ventalon,  donnant lieu à une grande affluence.
Les trois photos en illustration sont de ce jour mémorable.
Voir aussi d'autres photos de cette journée mémorable dans le très beau livre de Joël Royer, aux Ed du Cabri, écri  2001, en hommage au défunt chemin de fer départemental.


9 nov. 2017

Banassac- La Canourgue la Gare

La gare de Banassac, et ses Hôtels
 Autrefois autour de cette gare il y avait deux commerces importants, et une scierie.
Sur la route nationale N°9, d'un côté l'Hôtel et Café de la gare Mialanes, enseigne qui fermera plus tard et deviendra marchand de matériaux, et d'outillage, et de l'autre coté face à la gare, le relais de la Mothe, qui deviendra ensuite Hôtel et Café de la gare, appartenant à la famille Tabariès.
Au fond dans la cour de la gare il y avait une importante scierie mécanique et commerce de bois, mais qui ne connaissait dans le canton Mr Albin Rayssac, pour lui avoir vendu à un moment ou à un autre quelques noyers, pins, sapins, il travaillait beaucoup avec les bois de la région, mais en recevait aussi par le train, genre bois du Nord, bois exotiques, il en expédiait aussi, bois de mine, parquets, etc, rien qu'à voir tous ces wagons sur les voies de service.
Tous ces commerces et cette industrie ne sont plus que souvenirs, et même la gare vient de fermer.
- Sur la troisième vue (la photo date de 1966) on voit Mr et Mme Rayssac, en compagnie de leur gendre (Mr Tabariès)  et leur fille prendre une consommation au café  de la gare.

  

5 nov. 2017

Cubières La Matelassière

            "La rude vie de nos ancêtres Lozériens"

Madame Marie Paulet, était originaire de Cubières, un petit village situé sur le versant nord est du Mont Lozère.
On l'avait surnommée la Barry basse , car elle habitait tout en bas du Barry (du faubourg), on la voit ici sur cette veille photo cardant la laine de moutons, une fois lavée et cardée  cette laine  allait servir à la confection du matelas familial.

27 oct. 2017

Les Trains de Coils pour l'usine de St Chély-d'Apcher (Lozère)

L'usine de St Chély-d'Apcher reçoit trois fois par semaine (les Lundis, Mardis et Jeudis) deux trains par jours, un le matin, et un autre en fin d'après midi, ce sont des convois composés de wagons spéciaux en provenance de Fos et Dunkerque, via le  triage de Clermont Ferrand, ces trains acheminent à chaque fois une moyenne de trente coils (bobines de feuilles d'acier), soit environ (par semaine) cent cinquante, à cent soixante bobines !
L'histoire de cette usine est indissociable avec la ligne de chemin de fer !
Et si ligne existe encore aujourd'hui c'est (je pense) aussi grâce à cette usine !

      

19 sept. 2017

Florac - Commerces d'autrefois

              Une grande enseigne Floracoise.
La place du Temple, était  aussi appelée place du Souvenir.
Tout autour de cette grande place il y avait autrefois beaucoup de commerces, une épicerie, mercerie, poterie, pharmacie, un Hôtel, deux coiffeurs, et deux magasins tenus par la maison Bernard, un de nouveautés, et juste à coté grand choix de toiles cirées, tapisseries, vêtements de travail, etc....
Ci contre sur cette vue tout le personnel au grand complet, est sorti de la boutique le temps de la pose photo !
Sans doute une carte postale publicitaire     

11 sept. 2017

Cours de Vannerie

La société de consommation a bien changé, notre façon de vivre aussi !
Au siècle dernier beaucoup d'objets servant à la vie courante étaient fabriqués par nos anciens.
Ainsi tout ce savoir faire, ces gestes, ces secrets de fabrication, sont transmis de génération en génération !
Bravo à ceux qui perpétuent ces souvenirs.

6 sept. 2017

Mon village autrefois (suite)

En voyant cette vieille photo, c'est là qu'on se rend compte comment notre mode de vie à bien changé, en commençant par la façon de travailler dans nos campagnes.
Nous sommes juste après la première guerre mondiale, cette vue a été prise au Paven, juste après vers 1920.
Estiéïnou habitait Le Paven, il était un des rares rescapés (d''Auxillac) de la grande guerre, on le voit ici sur cette photo en gros plan, avec sa faux sur l'épaule, c'était un homme très adroit, il travaillait admirablement le bois, il avait fait plusieurs tombereaux (chars à bœufs) la pierre aussi, beaucoup de murs du Paven avaient été battis par cet homme, et souvent quand je passe devant aujourd'hui  je pense à lui, c'était un homme heureux, il chantait toujours en travaillant, peut être pour oublier ce qu'il avait vécu, durant toutes ces années d'exil, et de captivité, ce dont il ne voulait jamais parler.
C'est pour perpétrer le souvenir de cet homme (que j'ai bien connu) que j'ai écri aujourd'hui ce sujet.

17 août 2017

Mon village

Mon village a bien changé
Par ce bel après midi le lavoir du ruisseau est occupé sans doute par Ester V......., ou Marthe L..... qui ont  amené leur linge, et le battoir, sur une brouette, en même temps elles font un brin de causette avec Cyprien B.... revenant de la pêche.
De l'autre coté du ruisseau, dans le pré des Londes  Mr Ambroise A.... a garé définitivement sa vieille rosalie, pendant que le linge d'Alix (son épouse) sèche.
Lucienne et Jean M......sont  en retraite depuis peu,  Lucienne  a fait aussi sa grande lessive, le linge est étendu dans le jardin,
Les volets de Nini, L..... (la Camiloune) sont ouverts, son fils Georges de Paris, (avec sa petite famille)  doit être arrivé. !
Au Catelmas, il y a du monde sur le balcon de Clorinde, elle doit faire un brin de causette en compagnie de sa voisine Arthémise ou de la Réjounette.
Chez la maison Arnal c'est le plein boum, Lili fait taxi à l'occasion, il est sans doute parti à la gare de Banassac , au train,  chercher des Marseillais, une famille de locataires venus passer quelques jours de vacances dans notre belle vallée,  pendant ce temps Simone s'affaire au café, et en cuisine.
Sur la place du monument une R16, sans doute celle de Pierre H......., (encore un autre Parisien) qui doit être entrain de prendre un verre (en terrasse) et en grande discussion avec Gustette, Touguet, et Léon, Mr Jacques viendra un peu plus tard grossir le groupe. 
A travers cette vieille photo j'ai voulu (avec mes souvenirs) vous faire revivre  la vie de mon village dans les années soixante dix.   

11 août 2017

La St Gabriel à Béchar

Fraichement débarqué à Béchar, en cette fin d'hiver 1964, bien que canonnier, mais faisant partie du service Transmissions,  (en tant que magasinier) le 24 mars c'était  la St Gabriel, le saint patron des Transmetteurs, aussi ce jour là nous avions fêté dignement l'évènement
Malgré l'éloignement de la métropole, ce fut quand même une bonne journée entre copains, je vous laisse découvrir notre menu.

- cliquer sur la photo